Photoquai : L’Indonésie de Rony Zakaria

2969 visites
Art et Création - Actualité

Rony Zakaria est un jeune photojournaliste indonésien, il vit actuellement à Jakarta. Son travail est celui d’un humaniste, poussé par la volonté de partager un monde gigantesque, où nature et hommes vivent en parfaite harmonie. Retrouvez ses photographies à l’occasion de Photoquai au musée du Quai Branly du 17 septembre au 17 novembre. 

Photoquai : L’Indonésie de Rony Zakaria

A l’occasion de la quatrième édition de Photoquai, l’exposition de photos qui serpente sur les quais parisiens, Mondomix est allé à la rencontre de jeunes artistes. Parmi eux, Rony Zakaria, un Indonésien âgé de 29 ans. Son travail de photographe est similaire à celui d'un conteur, ses images sont un message d’humanité, empreint d'une vision sereine du monde qui l'entoure malgré une nature qui, elle, ne s'arrête jamais. Il nous explique pourquoi ...

 

 

  

 

 

Avez-vous une histoire particulière vous liant aux mers et aux montagnes ? Ces photos sont-elles un témoignage d’un monde en perdition ?

Rony Zakaria : Oui… J’ai toujours été fasciné par les montagnes, j’allais souvent faire de la randonnée. Mais l’histoire, la vraie, a commencé quand je suis allé voir le volcan de Merapi à Yogyakarta en Indonésie, au centre de l’île de Java. Pour tout ce que j'en ai vu, je ne pense pas que ce monde-là disparaisse.

 

 

Quelle est la principale difficulté lorsque l’on entreprend de prendre des photos au milieu de volcans, et auprès de populations reculées ?

Rony Zakaria : Ce n’est pas aussi difficile que ce que l'on croit. Du moment où l’on peut se faufiler et s’adapter, il est toujours possible de prendre des photos et de raconter des histoires.

 

Au fond, le nom de votre série de photos (Men, Mountains and The Sea) ne serait-il pas la simple définition de ce qu’est l’Indonésie ?

Rony Zakaria : Ce n’est en réalité pas aussi simple. Ne serait-ce que par la taille de notre pays,  qui est gigantesque : 16 000 îles, 230 millions de personnes. Sans compter tous les océans et les mers qui sont une énorme partie de l’archipel… Mais oui, du coup, ils sont très importants, au point d'en définir certains aspects.

 

En quoi est-il important d’inscrire l’homme dans son milieu, comme ici la nature ?

Rony Zakaria : Pour moi, il est important que le monde soit dans l'ordre des choses, comme l'homme dans la nature.

 

 

 

 

Le choix du noir et blanc n’est-il pas singulier pour un pays aussi coloré que l’Indonésie ?

Rony Zakaria : Je préfère raconter mes histoires en noir et blanc pour ne pas tomber dans les clichés de l’exotisme, qui vient souvent de la couleur. Je préfère me focaliser sur le panel émotionnel des gens que je photographie, ainsi que sur leur relation avec les volcans et la mer.

 

Propos recueillis par Annabelle Gasquez

 

 

A voir aussi sur le web :

Le site officiel de Rony 

La page de Rony sur le site de Photoquai 

Continuez la lecture avec

2969 visites

Commentaires

Poster un nouveau commentaire

  • Les adresses de pages web et de messagerie électronique sont transformées en liens automatiquement.
  • Tags HTML autorisés : <a> <em> <strong> <cite> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plus d'informations sur les options de formatage

CAPTCHA visuel
Entrez les caractères (sans espace) affichés dans l'image.

RadioMix - La radio Mondomix ! Retrouvez chaque semaine de nouveaux titres !

Toutes les langues