Mulatu Astatké : "Il y autant d’instruments que de tribus en Ethiopie"

1420 visites
Musique - Interview

Le papa de l'éthio-jazz est de retour. Pour Mulatu Astatké, il est important que le monde connaisse l'influence de son pays sur la musique. Celui a joué avec les plus grands, comme par exemple Duke Ellington, nous explique qu'entre Beyoncé et l'Éthiopie, il n'y a qu'un pas de danse ...

Mulatu Astatké : "Notre musique a voyagé le long du Sahara"

Avec Sketches Of Ethiopia, le chef d’orchestre éthiopien investit la diversité de son pays pour en proposer au monde une version panoramique. Explications.

 

 

Vous êtes considéré comme le père de l’éthiojazz… Une définition ?

Mulatu Astatké : La musique en Ethiopie se fonde sur quatre modes et cinq notes dominantes. L’éthiojazz repose sur cette réalité, confrontée à votre système de douze notes, plus sophistiqué. C’est une fusion de nombreuses influences. Au cours des années 1960, je suis allé étudier à Berklee, j’ai fréquenté Harvard. J’ai eu l’occasion de jouer avec des maîtres comme Duke Ellington, auquel certains m’ont même comparé. Tout cela m’a conforté dans l’idée que l’Afrique avait sa propre valeur. On parle beaucoup de l’importance du rythme en Afrique et l’éthiojazz se nourrit de cette spécificité, même lorsque je m’inspire de rythmes caribéens comme le montuno.

 

Cette diversité est parfaitement illustrée dans votre nouvel album…

Mulatu Astatké : Il y autant d’instruments que de tribus en Ethiopie ! C’est cette diversité sonore que je passe au filtre de l’éthiojazz. Ces musiques se jouent dans les clubs d’Addis-Abeba mais aussi en campagne et même au-delà de nos frontières. Le thème Gumuz en est l’illustration parfaite : il s’agit d’une danse du nord de l’Ethiopie dont s’est inspirée Beyoncé pour un clip ! Avec le groupe Step Ahead – des musiciens anglais très talentueux, très à l’écoute –, j’en donne ma propre version. J’ai fait beaucoup de recherches en ce sens : je voulais montrer en quoi notre pays a largement contribué au patrimoine mondial, pas seulement en termes rythmiques. Savez-vous que la quinte diminuée, que Debussy et Charlie Parker ont formalisée, se pratique chez les Darachis, une tribu du sud de l’Ethiopie, dont les musiciens jouent avec des flûtes de bambou ? Que le bâton de direction d’orchestre, dont on dit qu’il est l’apanage de la musique symphonique, était utilisé en Ethiopie ?

 

 

Mulatu Astatke & The Heliocentrics en live

 

 

Dans ce disque, vous invitez des musiciens d’Afrique de l’Ouest et la connexion fonctionne naturellement…

Mulatu Astatké : C’est évident lorsqu’on écoute Fatoumata Diawara, une jeune femme très entreprenante et innovante. Je lui ai écrit un arrangement, qu’elle parvient à transcender. Il y a des similitudes entre sa manière de chanter et celle des voix éthiopiennes. L’échelle, le falsetto, la modalité, la manière d’aborder le rythme… Notre musique a voyagé le long du Sahara, comme celle du Mali. Lorsqu’elles se rencontrent, le dialogue ne prend pas de temps. La kora est un instrument cousin de nos instruments à cordes.

 

Pour le MIT Institute of Cambridge, vous menez des recherches autour d’une extension du krar. Une autre façon de contribuer à la préservation du patrimoine éthiopien ?

Mulatu Astatké : Je travaille à l’élaboration d’un nouveau krar, en ajoutant deux cordes aux six que comporte cet instrument très ancien. C’est un projet très enthousiasmant, dont j’ai hâte d’entendre le résultat : l’idée est de pouvoir donner au krar les possibilités de la guitare, sans en changer la forme. Plus qu’une simple modification, c’est une révolution culturelle ! C’est aussi une manière de préserver notre identité sonore, nos racines menacées par la globalisation, tout en répondant aux attentes de la jeune génération qui ne doit pas oublier nos instruments : le krar, la flûte washint, la vièle masinqo, le piano à pouces mbira… Ces instruments ont leur rôle à jouer pour le futur.

 

Propos recueillis par Jacques Denis

 
1420 visites

Commentaires

Poster un nouveau commentaire

  • Les adresses de pages web et de messagerie électronique sont transformées en liens automatiquement.
  • Tags HTML autorisés : <a> <em> <strong> <cite> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plus d'informations sur les options de formatage

CAPTCHA visuel
Entrez les caractères (sans espace) affichés dans l'image.

RadioMix - La radio Mondomix ! Retrouvez chaque semaine de nouveaux titres !

Toutes les langues