Mana Neyestani : "Vivre en Iran est risqué"

2465 visites
Bande dessinée  - Interview

Depuis 2009, ses dessins animent l'Iran. Après "Une Métamorphose Iranienne", Mana Neyestani publie "Tout va bien", un grinçant recueil de dessins politiques. Rencontre à propos de la liberté du caricaturiste ...

Mana Neyestani : "Vivre en Iran est risqué"
Depuis 2009, ses dessins animent l'Iran. Couronné du Prix du Courage 2010 du Cartoonists Rights Network International, Mana Neyestani publie son travail d’illustrateur sur des sites dissidents iraniens et les voit repris par les manifestants de Téhéran. Connu en France pour Une Métamorphose Iranienne, la bande-dessinée qui raconte les raisons de sa fuite hors du pays, le réfugié vient de publier Tout va bien, un grinçant recueil de dessins politiques. Nous l’avions rencontré peu avant …
 
 
Vous préparez la publication d'un recueil de dessins de presse. Pouvez-vous nous en dire plus ?
 
Mana Neyestani : Ce sera un recueil de mes dessins politiques récents, ceux que j’ai réalisés après avoir quitté mon pays et surtout depuis 2009 et la crise électorale. Les thèmes abordés sont assez généraux, ils n’évoquent pas que l’Iran. Dans d’autres pays, certains de ces dessins ne seraient même pas considérés comme politiques. J’ai fait ces dessins pour trois sites web de l’opposition iranienne, basés à l’étranger naturellement.
 
Ce sont des dessins, pas des bandes dessinées ?
 
Mana Neyestani : Tout à fait, ce sont des dessins à propos des événements en Iran ou ailleurs qui m’inspirent.
 
 
 
 
Quelle différence faites-vous entre un dessin et une bande dessinée ?
 
Mana Neyestani : Quand vous écrivez une bande dessinée, vous racontez une histoire. Pour moi, la bande dessinée se situe quelque part entre le cinéma et la littérature. Mais quand vous ne faites qu’un dessin, vous devez toucher les lecteurs avec une seule image. Vous avez moins de temps, moins d’espace. Alors que, dans une bande dessinée, vous avez autant de pages que vous le souhaitez ….      
  
Un simple dessin a changé votre vie.  Un simple dessin peut donc avoir plus de pouvoir qu’un livre entier …
 
Mana Neyestani : C’est parfois vrai. Plus de pouvoir qu’un livre entier, j’en doute cependant. La force d’un bon dessin vient de la façon dont il attire l’attention aisément. Surtout dans le cas d’un public qui n’a pas le temps de lire un livre entier, le public qui surfe sur Internet et survole les images. Une image parfois retient son attention. Il la fait circuler. 
 
 
 
 
 
Si  la bande dessinée se situe quelque part entre le cinéma et la littérature, où se situe le dessin humoristique ?
 
Mana Neyestani : Tout dépend de l’endroit où le dessin est publié. Nos dessins sont essentiellement destinés à la presse. Ils se situent donc entre le journalisme et la peinture. Les caricaturistes ramènent l’art classique du dessin, celui qu’on peut admirer au Louvre, chez les gens. Ils le rendent plus compréhensible, l’ancrent dans leur vie quotidienne. 
 
La couverture de Une métamorphose iranienne a été mise en page par Hassan Karimzadeh, un dessinateur qui vit toujours en Iran. N'était-ce pas un risque pour lui ?
 
Mana Neyestani : Bien sûr que c’est risqué … Il vit toujours en Iran. Je lui ai demandé de me rendre ce service parce que je le connais depuis une dizaine d’années. Je lui fais entièrement confiance. Mais je lui ai dit que, s’il avait l’impression que c’était trop risqué, il pouvait refuser ou utiliser un pseudonyme. Mais il a fait cette mise en page sous son vrai nom. Je lui en suis très reconnaissant. De toute façon, vivre en Iran est risqué. Surtout pour un journaliste ou un dessinateur. Il est passé en prison. Si vous voulez faire trop attention, vous ne pouvez pas continuer à vivre en Iran. Si vous voulez rester, vous n’avez pas le choix : vous devez prendre des risques.
 
 
 
 
Quand vous avez quitté l'Iran, il vous a été très difficile de trouver asile dans un autre pays. Si un autre dessinateur iranien quittait aujourd'hui le pays, rencontrerait-il les mêmes difficultés ? Ou des associations comme Cartooning For Peace ou Icorn pourraient-elles l'aider ?
 
Mana Neyestani : Oh, mon Dieu … J’espère que ça n’arrivera plus jamais à un dessinateur, qu’aucun n’aura à quitter le pays. Depuis que ces problèmes me sont arrivés, chaque fois qu’un dessinateur est pris pour cible en Iran, j’essaie d’écrire pour sa défense, de l’aider, de l’encourager. Mais si, faisons cette hypothèse, un dessinateur devait quitter le pays, j’espère que cela lui sera plus facile qu’à moi. Depuis mon départ, je crois que personne n’a été dans la même situation que moi mais je n’en suis pas sûr. Ceci dit, j’aimerais préciser que mon cas était assez étrange. Dans la plupart des affaires de censure, le dessinateur ou le journaliste est confronté au gouvernement. Le gouvernement met le caricaturiste en prison pour l’un de ses dessins. Dans mon cas, il y avait le gouvernement, moi et une partie de la population qui manifestait dans les rues (…). Je me suis retrouvé entre la population et le gouvernement. C’est peut-être pour cela que certaines ambassades m’ont accueilli d’un air soupçonneux. Parce que quatre ans plus tard, alors que j’étais en Malaisie et que je me suis senti menacé pour mes dessins sur la crise politique de 2009, quand j’ai demandé de l’aide aux organisations qui défendent les droits de l’homme, tout a été plus facile …
 
Etes-vous proche de l’association Cartooning For Peace ?
 
Mana Neyestani : J’en suis membre. Bon, un membre paresseux. Mais je les admire …
 
Cartooning For Peace a été fondé au moment des caricatures de Mahomet. Vous-même, dessineriez-vous Mahomet ?
 
Mana Neyestani : Non, je ne le ferais pas. En partie pace que j’aurais trop peur. Je le confesse. Ce serait très risqué et ce ne serait pas un risque très utile. Parfois, vous prenez un risque parce que cela vous aide à accomplir une action positive. Je n’ai jamais pensé qu’il fallait limiter la liberté des dessinateurs. Si quelqu’un veut dessiner Mohamet, selon moi, il doit pouvoir le faire. Personne ne devrait avoir le droit de le lui interdire. Mais, moi, je veux conserver mon public. Je veux attirer son attention sur mon travail. Je ne veux pas paraître offensant. Si je l’offense, si je le blesse, mon message ne passera pas. Ce serait un échec. Je préfère l’amener à changer de point de vue doucement.
 
 
 
 
 
Pensez-vous rester longtemps à Paris ?
 
Mana Neyestani : J’espère pouvoir revenir un jour en Iran mais ce n’est pas pour maintenant. Aujourd’hui, je ne pas revenir. Il y a un procès en court qui me concerne parce que j’ai fait beaucoup de dessins pour soutenir les démocrates. J’ai donc un statut de réfugié ici. Je vais donc rester ici un moment. Disons les choses comme ça : mes affaires ne sont pas emballées dans un coin de ma chambre, dans l’attente d’un départ pour l’Iran. Ce serait trop désespérant. Je vais essayer de vivre une partie de ma vie ici sans perdre espoir …
 
Vous allez dessiner une autre bande dessinée ?
 
Mana Neyestani : Vous savez, je suis avant tout un dessinateur de presse. Je le suis toujours ici. J’adore ça. Je fais un ou deux dessins par jour pour des sites web. C’est mon travail. Mais j’aime aussi la bande dessinée. J’ai toujours une bande dessinée en cours à côté de mes dessins du jour. Je passe de l’un à l’autre. J’avais déjà publié trois bandes dessinées en Iran. Je viens d’en terminer une cinquième, qui est une sorte de suite aux livres que j’ai publiés en Iran. C’est une série. Je me demande si je devrais la traduire. Je n’en suis pas sûr parce qu’elle inclut beaucoup d’éléments très iraniens qui ne seraient pas faciles à comprendre ailleurs. Je vais voir …  
   
Propos recueillis par François Mauger
 
 
A lire :
Tout va bien de Mana Neyestani, éditions Ca Et Là

Continuez la lecture avec

2465 visites

Commentaires

Poster un nouveau commentaire

  • Les adresses de pages web et de messagerie électronique sont transformées en liens automatiquement.
  • Tags HTML autorisés : <a> <em> <strong> <cite> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plus d'informations sur les options de formatage

CAPTCHA visuel
Entrez les caractères (sans espace) affichés dans l'image.

RadioMix - La radio Mondomix ! Retrouvez chaque semaine de nouveaux titres !

Toutes les langues