Khaled

10412 visites
artiste - Musique
Khaled

Khaled et son sourire ont largement contribué à diffuser le raï hors des frontières de l'Algérie. Ce grand chanteur est devenu une star internationale.

Portrait

Il a d'abord été un jeune homme insouciant et rieur sous le soleil d'Oran, puis un jeune chanteur qui a fait déferler le raï sur le monde occidental. Mais, tandis que son étoile montait, les nuages s'amoncelaient au-dessus du peuple algérien. Alors, Khaled a abandonné le qualificatif "Cheb" sur le chemin, a travaillé encore plus dur pour devenir une star et porter haut les couleurs de la culture algérienne. Les puristes lui reprochent d'avoir mis du Jean-Jacques Goldman dans son vin. Mais la force de Khaled, c'est justement d'avoir su conquérir le grand public, de l'avoir apprivoisé. Certes, au fil des décennies, les occidentaux s'étaient accoutumés aux musiques orientales, mais uniquement de manière épisodique, par exotisme, parce que "Oh ! Ecoutez comme c'est amusant". Voir l'inénarrable hit des 60's "Fais-moi du couscous chérie". Grâce à Khaled, les Français se sont mis à vraiment écouter cette musique et à l'apprécier sans faux-semblants.

Khaled Hadj Brahim est né le 29 février 1960 à Sidi El Houari, un faubourg d'Oran. A 14 ans, en cachette de sa famille (et surtout de son père), il chante dans les mariages et les cabarets avec son groupe intitulé les "Cinq étoiles". Résultat, il est renvoyé de l'école pour absentéisme et enregistre son premier 45 tours. La chanson "Trigg El Lici" est diffusée sur toutes les radios et conquiert tout de suite le public. Malgré ce succès, Khaled ne touche pas un dinar et enchaîne les petits boulots (garçon de café, cordonnier…) tout en continuant à chanter. En introduisant des guitares électriques, un synthétiseur et une boîte à rythmes, il modernise radicalement le raï et devient une star en Algérie. En 1986, il est invité à se produire en France, au festival de Bobigny. De là, il part en tournée à travers l'Hexagone, puis en Europe. Le producteur français Martin Messonier s'intéresse alors à lui. En 1988, Khaled enregistre "Kutché", son premier album produit hors d'Algérie. Le succès est mitigé mais marque le départ de sa carrière internationale. Belgique, Hollande, Royaume-Uni, Japon… Les tournées s'enchaînent.

Pendant ce temps, au pays, la situation se dégrade. Khaled, qui chante la fête, l'amour et les femmes, est dans le collimateur des intégristes. Face aux menaces de plus en plus pressantes, il est obligé de quitter l'Algérie et s'installe en France. A partir de là, tout va s'accélérer. Il est invité au "World Summer Festival 91" de Central Park, à New York, pour représenter la chanson française. En 1992, sort le disque "Khaled" dont le titre "Didi" est la première chanson arabe à entrer dans le Top 50 français. Les hit-parades d'Israël, d'Egypte, d'Arabie Saoudite et même d'Inde (où Khaled reprend le morceau en hindi) suivent le mouvement. Plus d'un million et demi de disques se vendent à travers le monde. L'album suivant, "N'ssi N'ssi", lui apporte la consécration. Le cinéaste Bertrand Blier en fait la bande sonore de son film "Un, deux, trois… Soleil". Il faudra attendre trois ans avant la sortie de "Sahra", son disque suivant. Entre-temps, Khaled aura récolté le César 94 de la meilleure musique de film ainsi que La Victoire de la Musique pour l'artiste /interprète de l'année 95, et co-organisé une grande soirée au Zénith (grande salle de concerts parisienne) pour la paix et la libre expression en Algérie. En automne 1996, c'est LE tube. La chanson "Aïcha" (co-écrite par le musicien français/faiseur de succès Jean-Jacques Goldman) s'entend partout. A longueur de journée. Après un détour par le cinéma (il partage l'affiche du film "100% arabica" avec son copain Cheb Mami), Khaled triomphe avec Rachid Taha et Faudel lors de la grande soirée raï du 26 septembre 1998. Aujourd'hui, Khaled -par ses chansons et par sa dimension internationale- incarne une formidable réponse aux égorgeurs et aux empêcheurs de respirer librement.

Khaled
Khaled   nouvelle jeunesse
Reportage
02/04/2009 - 00:00
Martin Meissonnier donne au raï de Khaled l’authenticité d’un son jamais encore capté en studio. Alliant la dynamique du « live » à une science aiguë des équilibres sonores, ce nouveau disque fait fleurir le printemps sur des airs délaissés dans les caill...
Son du Monde / Sound of the World
Chronique
05/01/2007 - 01:00
Depuis plusieurs années, Charlie Gillett propose son tour du monde des musiques. Pour sa dernière livraison, l’animateur de The Sound of The World sur la BBC a retenu 33 titres “testés et approuvés” lors de ses émissions. Cette séduisante invitation au vo...
Ya-Rayi
Chronique
24/02/2003 - 01:00
On le disait étoile morte, ses errances dans le monde de la variétoche agaçaient son public d’origine, sa maison de disque (Barclay) l’avait lâché et la rumeur ne donnait pas cher de sa voix usée par les excès. Ya-Rayi vient contredire ce noir portrait. K...
Paris Barbes Tour
Chronique
24/02/2003 - 01:00
Paris Barbès Tour qui s’attaque à une thématique particulièrement casse gueule, les musiques urbaines métisses, remplit parfaitement sa tâche panoramique en restant fluide et défricheuse. Produit par deux associations d’agitateurs culturels à dominante ma...
Algerie mon amour
Reportage
24/02/2003 - 01:00
Le vendredi 16 avril 1999, Le Cabaret Sauvage accueillait une grande partie de la bande qui a participé au disque " Algérie mon amour ". Edito de Souad Massi.Voir le reportage: Algérie mon amour...
10412 visites

Commentaires

Poster un nouveau commentaire

  • Les adresses de pages web et de messagerie électronique sont transformées en liens automatiquement.
  • Tags HTML autorisés : <a> <em> <strong> <cite> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plus d'informations sur les options de formatage

CAPTCHA visuel
Entrez les caractères (sans espace) affichés dans l'image.

RadioMix - La radio Mondomix ! Retrouvez chaque semaine de nouveaux titres !

Toutes les langues